Histoire

Fort Boyard d’hier, fort Boyard d’aujourd’hui

Fort Boyard, l'insubmersible cuirassé de pierres

Fort Boyard d’hier, fort Boyard d’aujourd’hui

Connu internationalement grâce à un célèbre jeu télévisé, le fort Boyard s'est imposé aux termes d'une histoire pour le moins mouvementée. Voici comment le monument a affronté les Maîtres du Temps.

Fort Boyard : 200 ans de l'idée et la conception

Au début des années 1660, Louis XIV décide de se doter d’une flotte capable de rivaliser avec celles d’Angleterre et d’Espagne. Il confie à Colbert, secrétaire d’État à la Marine, cette mission et, en 1666, l’arsenal royal de Rochefort voit le jour. Cependant une complication importante apparaît : la rade d’armement des navires n’est pas suffisamment sécurisée. En effet, entre l’île d’Oléron et l’île d’Aix, des navires ennemis peuvent passer hors de portée des canons. L’idée de construction d’un fort sur la longe de Boyard voit alors le jour. Mais, il va falloir attendre près de 200 ans pour que le projet devienne réalité.
Le premier coup d’arrêt est porté par Vauban qui, en 1668, énonce à Louis XIV :  » Sire, il serait plus facile de saisir la lune avec les dents que de tenter en cet endroit pareille besogne « . Le projet ressurgit plus d’un siècle plus tard, en 1801, lorsque Bonaparte, premier consul, décide la construction d’un fort long de 80 mètres et large de moitié. Les travaux débutent en 1804 à partir d’un camp de base qui deviendra le village de Boyardville, au nord-est de l’île d’Oléron. Les travaux avancent lentement, contrariés par les tempêtes hivernales et, en 1809, la bataille de l’île d’Aix met un terme, provisoire, à l’aventure. Le chantier reprend en 1842, sous Louis-Philippe 1er, et la fin des travaux est officiellement consignée en 1866.

Vie, déclin et seconde vie du fort

Achevé, le fort Boyard ressemble à un véritable cuirassé de pierre. D’une longueur de 68 mètres, d’une largeur de 31 mètres et d’une hauteur de 20 mètres, il dispose d’une surface aménagée de 4000 m², de 66 pièces réparties sur trois niveaux, de 13 soutes en sous-sol et de citernes pouvant contenir 300 000 litres. Achevé, le fort ne sert plus à rien : la France est désormais alliée à l’Angleterre et la portée des canons situés sur l’île d’Aix et l’île d’Oléron suffisent désormais à interdire l’accès à la rade. Le fort va alors connaître un destin tout à fait différent à celui qui avait présidé à son édification.
Quelques années seulement après son achèvement, le fort devient une prison militaire : d’abord pour les soldats prussiens et autrichiens de la guerre de 1870 puis, avant leur départ pour la Nouvelle-Calédonie, pour les insurgés de la Commune de Paris. À partir de 1913, l’État cesse de l’entretenir et, pendant la seconde guerre mondiale, il est utilisé comme cible d’entraînement. Sa seconde vie commence en 1950 quand il est classé monument historique et surtout à partir de 1990, lorsqu’il sert, après sa restauration, de cadre au jeu de télévision éponyme. L’émission Fort Boyard contribue désormais à la notoriété du bâtiment et à son attractivité touristique puisque de nombreuses excursions en bateau permettent de l’admirer de près. Cette notoriété dépasse largement le cadre national car l’émission a été adaptée dans plus de trente pays, en Europe mais aussi au Canada ou en Corée du Sud.

122
Cliquez sur pour ajouter un commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Histoire

Oléronais de naissance et journaliste de métier, le goût de l'écriture me vient dès mon plus jeune âge. Après avoir débuté ma carrière comme pigiste puis comme journaliste pour de grands médias nationaux, j'ai décidé de revenir habiter sur mon île natale afin d'assouvir ma passion pour l'écriture au travers de plusieurs magazines, dont le magazine Oleron.fr

Suggestions de publications disponibles pour Histoire